Méditer, c’est être capable de guérir en temps de crise.

Méditer, c’est être capable de guérir en temps de crise.

« Je ne compte plus le nombre de fois où la méditation et le yoga m’ont sauvé la vie. Ils ont été une ancre dans mes moments les plus sombres », déclare la thérapeute Kerstin Leppert, l’un des enseignants les plus réputés de ces techniques en Allemagne.

La thérapeute Kerstin Leppert spécialiste du Yoga

Leppert (1967) a commencé à pratiquer le yoga dans son enfance et, depuis 1995, il est professeur de yoga et de méditation et se spécialise dans leur application comme méthodes de prévention de divers troubles. Bien qu’elle se soit sentie écrasée par la faiblesse et abandonnée par l’espoir, l’experte affirme avoir réussi à se réfugier sur son coussin de méditation : « Plusieurs fois, après m’être battue, avoir pleuré et avoir lutté, j’ai réussi à entrevoir un petit coin de paradis entre les nuages et à arrêter le carrousel de pensées qui tournait dans ma tête ».

« La méditation peut vous aider à supporter n’importe quelle situation, aussi difficile soit-elle. Vous pouvez commencer à la pratiquer en période de crise, pour stabiliser, guérir et donner la paix à votre esprit. Atteindre un silence dans lequel on peut se retrouver est le meilleur baume », explique-t-il dans son dernier livre Instant Meditations. Exercices pour les situations quotidiennes et d’urgence.

Je vous conseil de lire aussi : La méditation, un moyen de faire face à l’isolement

yoga détente
yoga détente

Physiquement et mentalement déstabilisés

« Grâce à la méditation, nous développons une plus grande conscience du moment présent et améliorons notre attention et notre intuition. Cette pratique permet de dissoudre les blocages intérieurs et favorise la tranquillité intérieure, le bien-être et le bonheur », dit-il. « La vie nous entoure comme un tourbillon plein de hauts et de bas que nous voulons contrôler. Mais Leppert montre que nous ne pouvons pas vraiment contrôler quoi que ce soit. Nous avons tendance à être physiquement et mentalement déstabilisés lorsqu’un aspect de notre réalité échappe à tout contrôle. « On passe en revue tous les dangers, on devient craintif, voire paniqué, et on perd complètement son sang-froid ».

Pourquoi la méditation nous aide-t-elle ?

La méditation introspective est une méthode alternative d’auto-assistance pour faire face aux crises et à la maladie. Il s’agit d’un soutien rapide pour les situations d’urgence qui fonctionne d’une manière particulière et peut être sollicité à tout moment. « C’est une très ancienne méthode de relaxation spirituelle qui signifie « contemplation consciente » et qui conduit à la paix intérieure et à la pleine conscience. Il vous aidera à vous retrouver dans le tourbillon de la vie et malgré tous ses obstacles », affirme l’expert.

Et si tout semble aller mal et que nous nous sentons à court d’énergie, pourquoi devrions-nous méditer ? Pour Leppert, la réponse est simple : « Méditer signifie être capable de guérir en temps de crise. Il nous aide à nous stabiliser dans les moments de turbulence émotionnelle, et à réagir avec intégrité et calme face à toute difficulté ».

Ce qui pourrait vous intéresser : Deux méthodes ultra-puissantes pour nettoyer votre cerveau

Il affirme que les périodes de crise ont également tendance à nous apporter de nouvelles perspectives de vie, qui s’accompagnent de la recherche de nouvelles voies. La méditation nous aide à « prendre de la distance mentalement, et c’est exactement ce dont nous avons besoin lorsque les vagues menacent de nous engloutir », explique l’expert de Hambourg.

Ainsi, s’asseoir en méditation pendant quelques minutes peut nous aider à résoudre des situations problématiques et à trouver le calme nécessaire pour agir et prendre des décisions qui peuvent être difficiles, mais qui peuvent nous sortir d’une situation stressante. Dans son livre, on trouve une série de méditations instantanées spécifiques pour nous aider à faire face aux états exacerbés par la pandémie, tels que l’agitation, la solitude, l’inquiétude, le manque d’énergie, la peur de l’avenir ou l’épuisement mental.

Neuf minutes pour se calmer

Une pandémie est certainement l’une de ces situations très stressantes. Il peut donc être judicieux de suivre la recommandation de Leppert : « Commencez dès maintenant – il n’y a pas de meilleur moment que maintenant – en pratiquant un exercice en cinq phases pour les débutants. Chaque phase dure deux minutes, sauf la dernière. Au total, cet exercice prend environ neuf minutes », précise l’auteur.

1. Début

Tenez-vous debout, les pieds écartés à la largeur des épaules. Fermez les yeux, profondément. Commencez à déplacer vos mains sur votre corps, sans vous caresser, mais en essayant de sentir chaque partie avec une légère pression. De cette façon, vous prenez conscience de votre corps tout en relâchant les zones de tension.
Après deux minutes, terminez cette phase et asseyez-vous dans une position où votre dos est droit dans votre coin de méditation.

2. Terminer

Prenez une dernière grande inspiration et retenez votre souffle. Puis expirez, retenez à nouveau votre souffle et contractez tout votre corps. Inspirez une dernière fois et laissez le mouvement revenir dans votre corps.

3. Observation

Prenez conscience de vos pensées et de vos sentiments, mais en vous plaçant dans une position d’observateur. Ne montez pas sur le manège de l’esprit ; contemplez vos pensées comme s’il s’agissait de nuages dans le ciel : ils bougent, mais vous ne pouvez rien faire pour changer leur trajectoire. Prenez de la distance par rapport à ce qui se passe.

(Lire aussi : Yoga et respiration pour soulager le stress de la quarantaine).

4. Connexion

Chaque fois que vous inspirez, dites mentalement « sat », et quand vous expirez, « nam ». Ce mantra (mots sacrés) signifie « mon vrai moi » ou « mon vrai nom ». Rappelez-vous qui vous êtes vraiment. En répétant ce mantra, le reste de vos pensées deviendra plus calme, comme le son d’une radio en arrière-plan. Si vous préférez, vous pouvez dire « inspire » en inspirant et « expire » en expirant.

5. Concentration

Placez vos mains sur vos genoux, paumes vers le haut, et joignez le bout du pouce et de l’index de chaque main. C’est le gyan mudra (geste sacré). Le pouce représente le moi, et l’index la sagesse. Sans ouvrir les yeux, dirigez mentalement votre regard vers l’espace entre vos sourcils. Respirez profondément et lentement par le nez. En inspirant, vous sentirez votre ventre se gonfler, puis se vider en expirant. Sentez comment votre respiration devient plus profonde et plus lente.

6. Fin de l’année

Prenez une dernière grande inspiration et retenez-la. Puis expirez, retenez à nouveau votre souffle, et contractez tout votre corps. Inspirez une dernière fois et laissez le mouvement revenir dans votre corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *